à la Une

01 PRÉSENTATION

Fugués li bènvengu sus noste site.

Soyez les bienvenus sur notre site.

 

Ce site est géré par « l’Association Bible en Anjou ». Il a pour objet d’offrir quelques articles sur la relation de la Bible à la Provence, et sur la contribution de la Provence, ou plutôt des Provençaux, à la diffusion de la connaissance de la Bible.

Les articles se suivent, un peu dans le désordre, en espérant que vous serez nombreux à trouver du plaisir à les lire.

 

Lou cèu e la terro passaran, mai mi paraoulo à iéu noun passaran (Matiéu 24:35)

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas (Matthieu 24:35)

 

Contact

 

 

Prov,CV,CN

 

 

Publicités

02 LA BIBLE EN PROVENCE

 

Dans cet article nous mentionnons les publications que nous connaissons de livres de la Bible en Provençal, ou plus généralement dans d’autres variantes de la Langue d’Oc. Cette liste est certainement incomplète, les lecteurs qui souhaiteraient nous donner d’autres informations sont les bienvenus.

 

 

Publications en Provence et en Provençal

 

  • « La Genèsi », la Genèse en Provençal par Frederi Mistral. Celui-ci a traduit la Genèse entre 1878 et 1908, sous le pseudonyme de Gui de Mount-Pavoun, au rythme d’environ un chapitre par an dans l’Armana Prouvençau. Le livre complet a été publié (avec les versions française et latine) en 1910.

 

  • « Lis Evangèli », les Evangiles en Provençal par Savié de Fourviero, livre publié en 1904.

 

  • « L’Apoucalùssi », l’Apocalypse en Provençal par Bernat Giély, livre publié sur Internet en 1996.

 

  • « Lou libre de Rut », le Livre de Ruth par Yves Gourgaud, publié sur Internet en 2008. Il n’est pas tout à fait « en Provence et en Provençal », car plutôt en Cévenol du Gard, mais nous l’avons placé dans cette rubrique car il est en graphie félibréenne.

 

 

Quelques publications hors de Provence et en Occitan

 

  • Sept manuscrits historiques en Occitan:

Deux manuscrits du NT plutôt en Languedocien, qui seraient d’origine Cathare / Albigeoise, avant d’être utilisés par les Vaudois:

– NT de Lyon (13ème siècle)

– NT de Paris (14ème siècle?), détenu à la Bibliothèque Nationale, dit aussi Manuscrit de Peiresc. Ce manuscrit pourrait contenir certains passages plutôt Provençaux et être ainsi considéré par certains spécialistes comme un peu plus « panoccitan » que celui de Lyon

Cinq manuscrits de la Bible (partielle) en dialecte Vaudois (variante Occitane parlée dans les vallées alpines Vaudoises):

– Bible de Carpentras (14ème siècle)

– Bible de Dublin (1522)

– Bible de Grenoble (début 15ème siècle)

– Bible de Cambridge (début 15ème siècle)

– Bible de Zurich (~ 1530)

 

  • « Los Psalmes de David metuts en rima Bernesa », édition des Psaumes mis en vers, en Occitan Béarnais, par Per Arnaud de Saleta (1583)

 

  • « Novèl Testament », Nouveau Testament complet en Occitan par Juli Cubaynes (1956)

 

  • « La Bìblia », Bible complète en Occitan par Joan Roqueta-Larzac (2013 pour l’AT et 2016 pout le NT)

 

 

Prov,CV,CN

 

 

03 QUELQUES DÉFINITIONS

carte prov

 

Pour être précis, voici les définitions exactes que nous avons retenues pour certains noms, dont les sens sont floues ou variables:

 

  • Provence:

Nous parlons des cinq départements suivants:

— 04 / Alpes de Hautes-Provence / Aup-de-Nauto-Prouvènço

— 06 / Alpes-Maritimes / Aup-Marino

— 13 / Bouches-du-Rhône / Bouco-dóu-Rose

— 83 / Var / Var

— 84 / Vaucluse / Vau-Cluso

Ceci représente, à quelques km² près, les trois anciennes provinces de Provence, Comtat Venaissin et Comté de Nice.

 

  • Occitan ou Langue d’Oc

Il s’agit de la langue parlée sur un territoire qui couvre à peu près 1/3 du Sud de la France (environ 32 départements), 11 vallées des Alpes Italiennes, le Val d’Aran en Catalogne actuellement Espagnole. Cette langue connaît quelques petites variantes au niveau de la langue parlée. La langue écrite est uniformisée et capable de s’adapter à toutes les variantes, elle est l’héritière de la graphie des troubadours, et porte le nom de graphie classique.

 

  • Provençal

Il s’agit de la variante de la Langue d’Oc parlée en Provence (au sens donné ci-dessus). Cette variante elle-même, se divise en plusieurs sous-variantes (Rhodanien, Maritime, Niçard, …) Lors de l’expansion littéraire Provençale du 19ème siècle, Joseph Roumanille et Frédéric Mistral ont conçu et utilisé une graphie différente de la graphie classique, la graphie dite félibréenne. La célébrité de Frédéric Mistral a perpétué l’usage de la graphie félibréenne en Provence, où elle est plus utilisée que la graphie classique.

 

 

Prov,CV,CN

 

 

04 COMPARAISON DE VERSIONS

Voici une présentation comparée de deux textes de la Bible dans plusieurs versions, en Français et en Latin d’abord, puis en Langue d’Oc, dans des traductions anciennes et modernes. Ces deux textes sont issus du Nouveau Testament. Ce sont: Jean 12:12-15 (l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem) et Hébreux 1:1-4 (magnifiques versets qui introduisent la manière dont la connaissance de Jésus nous est communiquée dans cette épître).

 

Jean 12:12-15

En Français

(Version Anjou)

Le lendemain une foule nombreuse venue à la fête entendit dire que Jésus se rendait à Jérusalem; ils prirent des branches de palmiers, et ils sortirent au-devant de lui en criant: Hosanna! Béni soit le roi d’Israël, qui vient au nom du Seigneur! Jésus trouva un ânon, et il s’assit dessus, selon ce qui est écrit: Ne crains pas, fille de Sion, voici, ton Roi vient, assis sur le petit d’une ânesse.
En Latin

(Vulgata Clementina)

In crastinum autem, turba multa quæ venerat ad diem festum, cum audissent quia venit Jesus Jerosolymam, acceperunt ramos palmarum, et processerunt obviam ei, et clamabant : Hosanna, benedictus qui venit in nomine Domini, rex Israël. Et invenit Jesus asellum, et sedit super eum, sicut scriptum est: Noli timere, filia Sion: ecce rex tuus venit sedens super pullum asinæ.
Manuscrit de Lyon

Probablement originaire du Languedoc, fin 13ème siècle

Mais le dema mouta companha que eran vengut al dia de la festa , co aguesso auzit que ve Jhesu en Jherusalem, preiro rams de palmers et issiro encontra a lui e cridava: Fai nos salvs fil de David, benezectes lo reis d’Israhel loquals ve el nom del Senhor. E Jhesu atrobec .1. asenet e sec sobre lui aisi co es escriut: No vulhas temer, filha de Sion, vecte lo teus reis ve sezentz sobrel poli de la asena.
Manuscrit de Paris

Probablement originaire du Languedoc (et peut-être un peu de Provence), début 14ème siècle

Mas l’endema mota companhia que eran vengut a la festa auziron que Jhesus venia en Jherusalem, prezeron rams de palmas et anneron li encontra e cridavan: Dieus salva nos, benezet sia lo rey d’Irael loqual ven en nom del Senhor. E Jhesus atrobet .1. asenet e sec sobre el aysi con es escrig: Filhas de Syon non vulhas temer, vete lo tieu rey que ven a tu sezent sobre lo polhi de la sauma.
Manuscrit de Carpentras

Manuscrit Vaudois du 14ème siècle

Mas mota compagnia lacal era vengua en l’endeman al dia festival cum ilh aguesan auvi car Yhesu ven en Jerusalem receopron rams de palmas e isiron a lui encontra e cridavan: Fay nos salf, lo rey d’Israhel local ven al nom del Segnor sia beneit. E Yhesu trobe asanet e sesic sobre lui enayma es scrit: O filha de Sion non volhas temer, vete lo tio rey ven sesent sobre lo polhen de l’asena.
Lis Evangèli

Les Evangiles en Provençal (graphie félibréenne) par Savié de Fourviero, publié en 1904

L’endeman, tout un mouloun de pople qu’èron vengu à la fèsto, aguènt sachu que Jèsu venié à Jerusalèn, prenguèron de broundo de paumié, e i’anèron à l’endavans, que cridavon: Hosanna! Benesi lou rèi d’Israèl, que vèn au noum dóu Segnour! Jèsu trouvè ‘n saumin, e se i’assetè dessus, ansin qu’es escri: Cregnes rèn, fiho de Sioun: ve-lou toun Rèi que vèn d’assetoun sus lou poulin d’uno saumo.
Novèl Testament

Le Nouveau Testament en Occitan (graphie classique) par Juli Cubaynes, publié en 1956

L’endeman, quand la multitud del pòple qu’èra venguda pel jorn de la fèsta sachèt que Jèsus venià à Jerusalèm, totes prenguèron de rams dels palmiers e i correguèron al endavans. E cridavan: Hosannà! Benesit aquel que ven al nom del Senhor, lo rèi d’Israèl! Jèsus ajent trobat un saumèl, sus el s’assetèt, segon çò qu’es escrich: Crentes pas, Filha de Sion: aici ton rèi que ven, setat sul polin d’una sauma.
La Bíblia / Novèl Testament

La Bible en Occitan (graphie classique) par Joan Roqueta-Larzac, publié par les « letras d’òc » en 2016

Lo lendeman, fòrces venián en fola per la fèsta. Ausissent que Jèsus veniá a Jerusalèm, prenguèron de rams als palmièrs e sortiguèron a son rescontre. E sisclavan: Osannà! Benesit lo que ven al Nom del Senhor, lo rei d’Israèl. Trapant un asenon, Jèsus i setèt dessús, degon çò qu’es estat escrich: Crentes pas, filha di Sion: veja que ven ton rei, setat sus l’asenon d’una sauma.

 

Hébreux 1:1-4

En Français

(Version Anjou)

Dieu, qui a parlé à nos pères à plusieurs reprises et de plusieurs manières autrefois par les prophètes, nous a parlé dans ces derniers temps par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel aussi il a créé les siècles, qui est le rayonnement de sa gloire et l’empreinte exacte de sa personne; soutenant toutes choses par la parole de sa puissance, après avoir accompli lui-même la purification de nos péchés, il s’est assis à la droite de la Majesté dans les lieux très hauts. Il a été rendu d’autant supérieur aux anges, qu’il a par héritage un nom plus excellent que le leur,
En Latin

(Vulgata Clementina)

Multifariam, multisque modis olim Deus loquens patribus in prophetis, novissime, diebus istis locutus est nobis in Filio, quem constituit hæredem universorum, per quem fecit et sæcula, qui cum sit splendor gloriæ, et figura substantiæ ejus, portansque omnia verbo virtutis suæ, purgationem peccatorum faciens, sedet ad dexteram majestatis in excelsis. Tanto melior angelis effectus, quanto differentius præ illis nomen hæreditavit.
Manuscrit de Lyon

Probablement originaire du Languedoc, fin 13ème siècle

Mout parlablament et en moutas maneiras sza enreire Deus parlantz als paires els prophetas, derrairanament en aquestz dias parlec a nos el fil, loqual establic hereter de totas causas, per lequal fe neiss les segles, lequals cum sia resplandor de gloria e figura de la substancia de lui, e portantz totas causas ab la paraula de la sua vertutz, fazent le nedeiament dels pecatz, se a la destra de la magestat e las autezas, en tant es melher faitz dels angels en cant plus detriadament heretec nom denant els.
Manuscrit de Paris

Probablement originaire du Languedoc (et peut-être un peu de Provence), début 14ème siècle

Deus parlant sa atras mot parlablament et en motas manieras as payres et as prophetas, parlet deraynaramant a nos en aquestos jorns el filh, local establi eretier de totas cauzas, per local fes neis lo segles, local con sia resplandors de gloria e figura de la sieua sustancia, e portant totas cauzas am la paraula de la sieua vertut, fazent purgament de peccatz, se a las destras de la majestat en las autezas, fagz en aytant melhiers d’angels en cant heredet plus detriadament nom devant els.
Manuscrit de Carpentras

Manuscrit Vaudois du 14ème siècle

Dio parlant çay enderier a li payre en li propheta mot parlivolment e per motas manieras, mas el parle a nos derierament en aquisti dia al sio filh, local el ordene heretier de totas cosas, per local el fe li segle, local cum el sia resplandor de gloria e figura de la sostancia de lui, e portant totas cosas per la parola de la soa vertu, façent purgacion de peçcaç, se a la dreyta de la magesta en las auteças, fayt melhor de li angel tant cant el herete nom plus deycernivolment devant lor.
Manuscrit de Zurich

Manuscrit Vaudois daté de 1530

Dio parlant czay en dereyre a li payre e a li propheta mot parlivolment e en motas manieras, mas el parle a nos derierament en aquisti jorn al seo folh, loqual el ordene heretier de totas cosas, per loqual fey lo segle, loqual cum el sia resplandor de gloria e expressa eymagena de la sustancia de luy, e portant totas cosas per la parolla de la soa vertu, loqual havent fait per si meseyme la purgacion del nostre pecca, sec a la dreyta de la majesta en las auteczas, fait melhor de li angel tant quant el herete nom plus decernivolment derant lor.
Novèl Testament

Le Nouveau Testament en Occitan (graphie classique) par Juli Cubaynes, publié en 1956

A nombroses moments e de planas manièras, anticament, Dieu parlèt a nòstres paires per entremesa dels profètas. En aicestes jorns, que son los darriers, el nos a parlat per entremesa de son Fil, qu’el a establit coma eretier de totas causas e per qual el a, tant-ben, creat lo monde. Aquel Fil, resplendor de sa glòria e imatge de sa substancia, el que sosten totas causas per sa poderosa paraula, aprèp aver complida la purificacion dels pecats, s’es assetat à la drecha del Dieu sobeiran dins las auturas. E tant al endessus dels angèls es estat botat, coma es despariu, comparat al lor, lo nom dont el a eretat.
La Bíblia / Novèl Testament

La Bible en Occitan (graphie classique) par Joan Roqueta-Larzac, publié par les « letras d’òc » en 2016

Estent qu’antan, de mantun còp e de mantun biais, aviá parlat a nòstres paires dins los profètas, Dieu, en darrièr, en aquestes jorns, nos a parlat dins un Filh. Es el qu’establiguèt eretièr de tot, e aquò’s per el que faguèt los sègles, el qu’es lo rebat de sa Glòria, e l’emprempta de sa substància, qu’o pòrta tot per sa dicha poissenta. Quand agèt facha la purificacion dels pecats, s’assetèt a la drecha de la Magestat dins las auturas, s’endevenent de tant mai superior als angèls que lo Nom que n’a eretat, el, es plan mai diferent del lor.

 

Deux observations à la lecture de ces traductions:

A première vue, le manuscrit de Lyon semble être une traduction presque au mot-à-mot de la version latine, avec un ordre des mots très semblable. Le manuscrit de Paris utilise un vocabulaire voisin de celui de Lyon, mais l’ordre des mots est modifié, on peut supposer qu’il est plus conforme à la structure des phrases en Occitan de la fin du moyen-âge.

Plus les manuscrits sont récents, plus la langue est proche de l’Occitan moderne, ce qui est une évidence. Le manuscrit de Zurich du 16ème siècle le montre bien.

 

 

Prov,CV,CN

 

 

05 LE MANUSCRIT DE CARPENTRAS

ISTÒRI RESUMIDO DÓU MANUSCRI VAUDÉS DE CARPENTRAS

HISTOIRE SYNTHÉTIQUE DU MANUSCRIT VAUDOIS DE CARPENTRAS

 

Le seul manuscrit ancien de la Bible, qui soit à la fois rédigé en Langue d’Oc et détenu en Provence, est celui de Carpentras. Nous allons nous intéresser un peu à ce document.

Nous y trouvons les livres du Nouveau Testament dans un ordre différent du nôtre, puis quelques livres de l’Ancien Testament (dont certains non canoniques), à savoir:

– L’Evangile de Matthieu

– L’Evangile de Marc

– L’Evangile de Luc

– L’Evangile de Jean

– Les Epîtres Universelles

– L’Apocalypse

– Les Epîtres de Paul

– Les Actes des Apôtres

– Les Proverbes

– L’Ecclésiaste

– Le Cantique des cantiques

– La Sagesse

– L’Ecclésiastique

 

Ce manuscrit est daté du 14ème siècle, mais on ne sait pas où il a été rédigé, ni quelle a été sa vie jusqu’à la fin du 17ème siècle. Il a été découvert autour de l’année 1700 par Henri Joseph de Thomassin de Mazaugues (1684-1743), président au Parlement de Provence. A partir de là, nous connaissons la suite de son histoire. Voici ce que dit Samuel Berger, dans son article « Les Bibles provençales et vaudoises », publié en 1889 par la revue ‘Romania’ n°71 (pages 353 à 422). L’extrait que nous citons (en rouge) provient des pages 378 et 379.

Ce ms. est celui dont le P. Lelong fait mention, dans sa Bibliotheca sacra, comme appartenant à Henri-Joseph de Thomassin, seigneur de Mazaugues, président aux enquêtes au parlement de Provence (+ 1743), à cet homme éclairé qui tint fort dignement sa place au milieu du groupe de savants dont étaient le président Bouhier et Caumont. Il était l’arrière-petit-neveu de Peiresc, et c’est justement qu’il est appelé par les Bénédictins « magni Peirescii dignissimus hæres». Lelong avait emprunté le renseignement qu’il donne aux Pièces fugitives de Rémerville de Saint-Quentin, et, de ce que dit cet auteur, il résulte que le manuscrit a été découvert, peu avant 1704, nous ne savons où, par le président de Mazaugues. La bibliothèque de Mazaugues fut vendue, par son frère, à Inguimbert, qui la donna à la ville de Carpentras, dont il était évêque. C’est ainsi que le ms. vaudois, que beaucoup d’auteurs appellent « manuscrit d’Aix » sans savoir où le chercher, se trouve aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Inguimbert, à Carpentras. Le ms. est certainement du xive siècle; il est écrit d’une écriture arrondie du midi de la France, et sa décoration n’est pas sans rappeler celle des livres italiens. On y lit, à la suite du Nouveau Testament, les Proverbes, l’Ecclésiaste, le Cantique des Cantiques, accompagné de rubriques allégoriques, les dix premiers chapitres de la Sapience et les quinze premiers chapitres du livre de Sirach. Tous ces livres sont, au contraire des mss. provençaux, précédés de préfaces ou d’arguments sur lesquels nous aurons à revenir.

 

Dos foutò dóu manuscri de Carpentras (óurigino: site de la BVMM)

Folio 054

Coumençanço de l’Evangèli de Lu

Début de l’Evangile de Luc

folio 054 début évangile de luc

Folio 138

Coumençanço de l’Apoucalùssi

Début de l’Apocalypse

folio 138 début apocalypse

Ce précieux manuscrit est toujours conservé par la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, dont le nom provient de Malachie d’Inguimbert (1683-1757), évêque de Carpentras, fondateur de la bibliothèque. Dans notre article ‘Comparaison de versions’, qui se trouve sur ce site, nous avons fait figurer deux extraits du manuscrit de Carpentras. Dans l’article de Samuel Berger mentionné ci-dessus, on peut trouver de nombreux extraits, pour qui souhaite aller plus loin dans l’étude de ce document. L’article de Samuel Berger, publié dans la Romania n°71, est facile à trouver sur Internet.

 

 

Prov,CV,CN

 

 

06 L’APOCALYPSE ( B. GIÉLY)

L’APOCALÙSSI EN PROUVENÇAU

(Reviraduro de Bernat Giély)

 

 

L’Apoucalùssi, traduction provençale du livre de l’Apocalypse par Bernat Giély en 1996, est certainement la dernière traduction d’un livre de la Bible en Provençal réalisée au 20ème siècle. C’est une très jolie traduction d’un merveilleux livre de la Parole de Dieu, elle mériterait d’être connue de tous les locuteurs de la Langue d’Oc.

 

 

L’Apoucalùssi a été publiée sur internet par le C.I.E.L. d’Oc qui en possède le copyright. Il ne nous est donc pas permis d’en citer de longs extraits, nous prendrons cependant la liberté de recopier deux versets qui construisent notre espérance: le passage dans lequel Jean entend chanter dans le ciel un cantique nouveau (Apocalypse 5:9), puis celui par lequel le Saint-Esprit et l’Eglise nous invitent à boire de l’eau de la vie (Apocalypse 22:17). Nous citons chaque verset en Provençal, suivi de sa traduction en Français.

Apoucalùssi 5:9

Cantavon aquéu cantico nouvèu: « Siéis digne de prene lou libre e de n’en roumpre li sagèu pèr ço que siés esta inmoula, au pres de toun sang as racheta pèr Diéu d’ome de touto raço, lengo, pople e nacioun… »

Ils chantaient ce cantique nouveau: « Tu es digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux, car tu as été immolé et tu as rachetés pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation… »

Apoucalùssi 22:17

L’Esperit e l’Espouso dison: « Vene! » E qu’aquéu qu’entend diguèsse tambèn: « Vene! » Q’aquéu qu’a se s’aprouchèsse. Qu’aquéu que lou desire, beguèsse l’aigo de la vido, gratuitamen.

L’Esprit et l’épouse disent: « Viens! » Que celui qui entend dise aussi: « Viens! » Que celui qui a soif vienne. Que celui qui en a le désir prenne de l’eau de la vie gratuitement.

 

apoucalùssi, jean mange le petit livre

 

Voici, juste pour le plaisir, quelques expressions utilisées par Bernat Giély dans sa traduction:

Revelacioun de Jèsus-Crist  =  Révélation de Jésus-Christ

Segnour Diéu tout-pouderous  =  Seigneur Dieu tout-puissant

Aquéu qu’es asseta sus lou trone  =  Celui qui est assis sur le trône

L’Agnèu  =  L’Agneau

Ço que l’Esperit dis i Glèiso  =  Ce que l’Esprit dit aux Églises

Aquéu qu’es, aquéu qu’èro e aquéu que vèn  =  Celui qui était, qui est et qui vient

Rèi di Rèi e Segnour di Segnour  =  Roi des rois et Seigneur des seigneurs

La gràci dóu Segnour  =  La grâce du Seigneur

 

 

De manière générale, nous vous encourageons à lire l’Apocalypse dans une langue que vous connaissez, car il y a une promesse de joie pour ceux qui lisent ou entendent, et qui gardent en eux le contenu de ce livre. Il n’est pas nécessaire d’avoir tout compris, heureusement car certains passages peuvent encore être mystérieux, mais il suffit de lire ou d’entendre, et de se souvenir, et ceci sera notre dernière citation:

Apoucalùssi 1:3

Urous aquéu que legis, urous aquéli qu’escouton e que gardon en èli lou countengut de ço qu’es escri…

Heureux celui qui lit, heureux ceux qui entendent et qui gardent en eux le contenu de ce qui est écrit…

 

 

Prov,CV,CN

 

 

07 DES PROVENÇAUX EN AFRIQUE DU SUD

 

Quelques dizaines de Huguenots Provençaux sont partis en Afrique du Sud à la fin du 17ème siècle, après avoir fui les persécutions consécutives à la révocation de l’Edit de Nantes et s’être réfugiés dans les Provinces-Unies (ancêtre des Pays-Bas actuels). Ils ont été une composante minoritaire mais non négligeable de la nation Afrikaner. Voici un résumé de ces évènements.

 

1 – Le contexte historique

Vers la fin du 12ème siècle nait l’Eglise Vaudoise, sous l’impulsion du prédicateur Lyonnais Valdesius (nommé plus tard Pierre Valdo). Chassés de Lyon, et de bien d’autres endroits, les Vaudois furent poussés en particulier vers les vallée alpines du Piémont et du Dauphiné, de part et d’autre du col du Mont Genèvre, ce territoire devenant un peu leur « fief ».

Au 15ème siècle et au début du 16ème siècle, des seigneurs Provençaux du Lubéron font venir des vaudois de ces vallées alpines, pour repeupler la région dévastée par plusieurs épreuves. Les Vaudois deviennent nombreux de part et d’autre du Lubéron. Les premiers Vaudois arrivent au début des années 1400, à partir de cette date la Bible est lue et prêchée autour du massif provençal du Lubéron. En 1532, au synode de Chanforan (Province de Turin), les Vaudois décident d’adhérer à la toute récente Réforme protestante, née avec Luther en 1517, et l’histoire des Vaudois se confond alors avec celle des Réformés… appelés aussi les Huguenots.

A partir de 1540, la situation se tend en Provence. Les conversions se multiplient, et la répression augmente, on rentre dans une situation de guerre, jusqu’à la promulgation de l’Edit de Nantes en 1598.

En 1685, la révocationde l’Edit de Nantes concrétise une reprise de la persécution de grande ampleur envers les Huguenots dans toute la France. La Provence n’échappe pas à la règle.

 

2 – Quelques chiffres

Il est difficile de chiffrer précisément le nombre de Huguenots qui ont fui la France et la Provence en cette fin de 16ème siècle. Nous avons trouvé des élements statistiques çà et là, et nous avons fait quelques estimations que nous donnons ci-dessous. Ce sont des estimations plutôt à minima, mais il ne faut surtout pas accorder à ces chiffres la rigueur qui conviendrait à des statistiques « scientifiques ». Elles sont là plutôt pour indiquer des ordres de grandeur…

Nombre de Huguenots ayant fui après la révocation de l’Edit de Nantes: 200 000 Français, dont 10 000 Provençaux.

Nombre de Huguenots réfugiés dans les Provinces-Unies: 60 000 Français, dont 4 000 Provençaux.

Nombre de Huguenots ayant embarqué pour l’Afrique du Sud (Colonie Hollandaise du Cap): 178 familles Françaises de 1688 à 1691 (277 personnes recensées comme installées sur place), dont 50 familles Provençales (80 personnes installées en Afrique du Sud), dont 35 familles d’origine Vaudoise du Lubéron (soit 55 personnes installées).

Pourcentage des Afrikaners ayant un nom de famille d’origine Française: 20%, dont Provençale: 6%.

 

3 – L’immigration

Les 178 familles Françaises (le nombre semble exact) ont immigré sur 4 bâteaux appartenant à la « Compagnie Hollandaise des Indes Orientales » (Vereenigde Oost-Indische Compagnie), qui possédait et gérait la colonie du Cap. Cette compagnie Protestante avait le désir d’aider les Huguenots Français qui souhaitaient aller s’installer sur des territoires nouveaux en cours de colonisation. Le voyage était gratuit, mais les passagers n’avaient droit à aucun bagage. Ils prenaient l’engagement de rester au moins 5 ans.

Le voyage durait de 6 à 20 semaines, dans des conditions sanitaires dégradées. Plusieurs personnes pouvaient mourir en cours de traversée.

Les Français, en particulier les Provençaux, étaient attendus pour leurs connaissances agricoles, et surtout vinicoles. C’est grâce à eux que l’Afrique du Sud est aujourd’hui un grand producteur de vin. 90% de la production vinicole Sud-Africaine provient encore de la région où ont été installés les Huguenots.

 

4 – L’implantation et l’intégration

Arrivés sur place, les nouveaux immigrants recevaient 15 à 30 ha de terre, ainsi que les outils pour cultiver et des semences. Ils ont été bien accueillis par l’administration Hollandaise locale, qui les a installés à environ 50 km à l’est du Cap, dans la vallée d’Olifantshoek (le coin des Eléphants), qui deviendra Franschhoek (le coin des Français).

Ils vont développer la culture de la vigne et la production vinicole. Les relations avec l’administration Hollandaise vont se compliquer un peu, après quelques années, pour des raisons culturelles, mais leur intégration dans la nation Afrikaner naissante va se faire rapidement. Les colons Huguenots vont bien réussir leur installation sur cette nouvelle terre et vont prospérer au cours du 18ème siècle. Vers 1750, on n’entendait plus parler ni Français ni Provençal à Franschhoek, tout le monde s’était mis au Hollandais, qui était en train de devenir l’Afrikaans.

La ville de Franschhoek existe toujours et garde un souvenir vivant de ses fondateurs Huguenots. Elle est considérée comme la capitale de la gastronomie et du vin en Afrique du Sud.

Les Provençaux arrivés en Afrique du sud n’ont pas constitué seulement une composante de la nation Afrikaner, ils ont aussi constitué une composante de l’Eglise Réformée Hollandaise (Nederduitse Gereformeerde Kerk) et des Eglises qui en sont issues. La foi en l’infaillibilité de la Bible est un pilier de ces Eglises. L’apport des Huguenots de Provence n’a fait que renforcer la présence de la Bible dans la culture d’Afrique du Sud.

 

5 – Un exemple de Huguenot Provençal réfugié en Afrique du Sud: Pierre Joubert

L’exemple de Pierre Joubert est assez connu, et il est représentatif du vécu des Huguenots qui ont trouvé refuge en Afrique du Sud.

Pierre Joubert nait en 1663 à La Motte-d’Aigues (84), au pied du Lubéron. Après la révocation de l’Edit de Nantes, il s’enfuit vers Genève, puis Rotterdam. Pour ne pas être repéré, il emballe sa Bible dans un linge, puis la cache dans un miche de pain. Cette attention démontre la force de sa foi en Jésus-Christ et son attachement à la Parole de Dieu. Sa Bible est exposée dans le Musée Huguenot de Franschhoek (Die Hugenote Gedenkmuseum te Franschhoek).

Il embarque le 20 mars 1688, avec sa jeune épouse Suzanne Reyne, née à La Roque-d’Anthéron (13) en 1667. Le bâteau est le Berg China, navire de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales. Malheureusement Suzanne décède au cours de la traversée, de même que 18 autres personnes. Probablement soucieux de reformer un nouveau couple de colons, le capitaine du bâteau remarie Pierre Joubert avec une jeune femme originaire de Lozère, Isabeau Richard, dont le mari, Pierre Mallan, est aussi décédé au cours de la traversée. Isabeau est née vers 1668 à Saint-Martin-de Boubaux (48)

Le 4 août 1688 Pierre Joubert et sa nouvelle épouse Isabeau arrivent au Cap. Ils sont installés dans l’Olifantshoek. La terre y est fertile mais très sauvage, dure à défricher. En 1690 il reçoit une aide financière. Il fonde la ferme La Provence en 1694, puis les choses vont très vite. Il fait l’acquisition de Bellingham (ou Bellingkamp) en 1700, fonde La Motte en 1709, achète L’Ormarins vers 1712 fondée par Jean Roy (Pierre Joubert était venu par le même navire que Jean Roy, Vaudois originaire de Lourmarin). Pierre Joubert possède aussi les domaines de La Roche et De Plaisante. Vers 1720, Pierre Joubert est devenu un grand propriétaire terrien de la région. Il est viticulteur, agriculteur, éleveur. Son travail et sa persévérance lui ont permis de prospérer.

Le couple a six garçons et cinq filles, et une postérité nombreuse. Joubert est un nom répandu chez les Afrikaners. De nombreux descendants de Pierre Joubert travaillent encore dans le métier du vin.

Pierre Joubert décède en 1732, après avoir passé 44 ans en Afrique du Sud. Isabeau Joubert décède en 1748 et aura passé 60 années en Afrique du Sud.

 

sa

 

 

6 – L’aventure continue

Lentement mais sûrement, l’horizon s’assombrit pour les Afrikaners. Depuis la fin du 20ème siècle, l’insécurité explose en Afrique du Sud, la croissance économique n’est pas au rendez-vous, l’instabilité sociale grandit, le pays s’enfonce dans une situation de plus en plus triste. Les Afrikaners ont été les initiateurs de la richesse qu’a connue l’Afrique du Sud au 20ème siècle, les initiateurs de son expansion économique qui avait fait de ce pays le plus riche du continent. Mais la situation se dégrade et il faut bien des reponsables. Les Afrikaners ont perdu le pouvoir face à l’ethnie majoritaire, ils perdent la bataille culturelle face à la langue anglaise, ceux qui sont isolés à la campagne subissent régulièrement des attaques, parfois meurtrières, et de plus, il leur est reproché de posséder trop de terre. Quand il s’agissait de défricher la terre, ce n’était pas un problème, mais maintenant qu’elle est productive, elle suscite la convoitise. Déja beaucoup d’Afrikaners ont émigré, et bien plus nombreux sont ceux qui l’envisagent.

La question est: Où aller? Vers l’Europe occidentale? La société y est trop dégradée moralement et spirituellement… Vers l’Amérique du Nord ou l’Australie? C’est la destination favorite des émigrants Afrkaners en ce début du 21ème siècle, mais non sans une certaine résignation devant la nécessité de se fondre dans un monde anglophone, après des générations de résistance à l’anglicisation. Mais voici qu’une destination nouvelle se présente, inattendue, surprenante, pas du tout celle à laquelle on aurait pensé… La Russie est intéressée. La Russie a décidé de se doter d’une agriculture dynamique pouvant satisfaire ses propres besoins alimentaires. Elle cherche des personnes travailleuses, ayant l’expérience des grandes exploitations, et imprégnées des valeurs morales que les occidentaux ont perdues, le vrai portrait d’un Afrikaner.

Alors peut-être verrons-nous prochainement des descendants des Huguenots Provençaux partir s’installer en Russie, et apporter à ce grand pays la connaissance de la Bible en même temps qu’une agriculture prospère?

 

 

Prov,CV,CN